Partager :
Page d'accueil

Mouvement "Résistance"

créé en 1942, "Résistance" apporte une aide précieuse aux réfractaires STO et aux aviateurs alliés. Bien implanté dans le département des Deux-Sèvres, il permet l'exfiltration de nombreux aviateurs.

Un tourné vers l'exfiltration

Né en octobre 1942 à Paris sous l'impulsion de Marcel Renet, ce mouvement de résistance s'implante dans les Deux-Sèvres grâce au contact établi avec Henri Darsault et son groupe niortais. Ses principales actions sont la diffusion du journal clandestin Résistance, la fabrication de faux-papiers et l'aide aux pourchassés (réfractaires du Service du Travail Obligatoire et aviateurs alliés présents sur le sol français).

Depuis Niort, Henri Darsault puis Gilbert de Perreti organisent et développent les actions du mouvement en recrutant parmi leurs connaissances tels Maurice Gadioux (responsable du mouvement à Chef-Boutonne) ou en tissant des liens avec des réseaux de renseignements (Delbo-Phénix) et organisation de la France Libre (Noyautage des Administrations Publiques) présents dans le département.

Les liens ainsi tissés permettent la création de zones d'hébergement avec la complicité de la population (secteur de Chef-Boutonne et d'Irais), et la mise sur pied de plaques tournantes pour le regroupement entre autre des aviateurs alliés (Niort, Parthenay et Irais) avant leur acheminement vers l'étape suivante. Dans chacune de ces villes et localités, selon des plans préalablement établis depuis Niort (remise de faux-papiers, plans, etc.), les pourchassés sont pris en charge par des équipes locales. À Parthenay, le gendarme Bernard et le sous-préfet Lapeyrie assurent leur transfert vers Irais où Roger Piet (maire de la commune) et Irène Bineau (secrétaire de mairie) prennent le relais et orchestrent leur hébergement avant leur départ pour Tours/Saint-Pierre des Corps puis Vierzon et Toulouse avant l'Espagne.

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes