Partager :
Page d'accueil

Parachutage de Sompt "Le Vieux Lie"

Menée à la mi-août 1944, cette opération permet de fournir en armes les maquis du sud Deux-Sèvres.

Fiche technique

Dates : Nuits du 15 au 16 août 1944

Organisation : Forces françaises de l'Intérieur et mission interalliée

Terrain homologué : "Aspic"

Message de la BBC : « Le voici enfin » ( 2 fois)

Matériel réceptionné : 21 containers d'armes, munitions et équipements

Participants :
Participent directement sur le terrain : M. Babault de Chail, M. Bailly Ch. de Melle, M. Charron du Quaireux, M. Chollet et son fils qui conduisent l'attelage de M. Naudin, M. et Mme Devannes de Melle, M. Dubray A. de Melle, M. et Mme Fournier A. de Melle, M. Massias de Sompt, M. Naudin de Melle, M. Varenne de Saint-Vincent.

Objectif : équiper les maquis

Ce parachutage, demandé par Ledoux alias Colonel Sidoux de la Vienne et obtenu par le Major Samuel de la mission "Samuel Shipwright" basée dans la Vienne, est destiné à armer les maquisards des Deux-Sèvres.

Henri Laborde-Lagrave (Lamiral) et Frédéric Chollet sont chargés de rechercher un terrain pour cette opération secrète. Ils jettent leur dévolu sur le lieu dit Le Vieux Lie sur la commune de Sompt, à proximité de Chef-Boutonne. Là, un grand champ placé en contrebas offre une garantie maximum de sécurité. Les services aériens spécialisés de la Royal Air Force (R.A.F.) l'homologuent sous le nom de code « Aspic ». La première lettre du mot doit, à l'approche des avions, être traduite en morse par des signaux lumineux pour identifier le terrain.

Un message de la BBC annonce l'événement par la phrase « Le voici enfin », répétée deux fois, pour signaler la venue de 2 avions.

Le parachutage a lieu dans la nuit du 15 au 16 août 1944. Les avions larguent 21 conteneurs comprenant des armes, des munitions et des équipements. Le tout est transporté avec des charrettes à boeufs et caché dans le souterrain du logis appartenant à Mademoiselle Poupinot.

Les armes réceptionnées équipent le "groupe Lamiral" constitué par Henri Laborde-Lagrave (Lamiral) ainsi que le maquis Fernand, principal maquis des Deux-Sèvres.


En savoir plus

Pictogramme

Carte des lieux de mémoire

Sources d'information

- Archives du Conservatoire de la Résistance et de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes

- Chaumet M., Pouplain J-M., La Résistance en Deux-Sèvres 1940-1944, Geste éditions, La Crèche, 2010

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes