Partager :
Page d'accueil

La mission Jedburgh "Harold" - L'Absie

Le 17 juillet 1944, 5 officiers alliés sont parachutés sur Courlay (79) suite à une erreur de repérage. Pris en charge par la Résistance locale, ils constituent les bases de groupes de soutien à l'action clandestine régionale dans la région de l'Absie.

Fiche technique

Date : Nuit du 15 au 16 juillet 1944

Terrain de réception : non balisé car l'opération n'était pas prévue à cet endroit

Action : Mise en place des missions interalliées "Harold" et "Dickens" : parachutage de 5 soldats destinés à appuyer la Résistance régionale pour la libération du territoire.

Participants : 5 officiers alliés : Major Whitty, Lieutenant Jolliet, Sergent Verlander, Capitaine Burt et lieutenant Poisson. Pas d'équipe de réception.

Les missions interalliées, appui de la Résistance

Parachutés en France après le débarquement allié en Normandie du 6 juin 1944, ces groupes d'hommes, spécifiquement entraînés, sont chargés d'entrer en liaison avec les groupes de résistance locaux dans des zones stratégiques où les effectifs résistants sont suffisants et doivent leur apporter soutien et structuration en vue des combats de la Libération.

Les équipes Jedburgh se composent de 3 hommes : 2 officiers (dont un français) et 1 opérateur radio.

L'équipe Jedburgh " Harold " se compose :

  • du Major Edward Whitty (Ross) (SOE britannique)
  • du lieutenant français Pierre Jolliet (Raimbaud,Tyrone)
  • du sergent anglais Harry Verlander (Sligo), opérateur radio

Cette équipe est parachutée conjointement avec 2 officiers du Special Air Service : le capitaine Burt (Britannique) et le lieutenant Poisson (Français) qui constituent un détachement précurseur du 3e SAS dont l'objectif est la mise en place de l'opération "Dickens". Ceux-ci devaient établir une base de résistance pour attaquer les objectifs allemands au sud de la Loire jusqu'à Niort et prendre contact avec les Forces françaises de l'Intérieur de la région.

Une erreur de repérage lors du parachutage

La zone initialement prévue pour le parachutage se situe à La Châtaigneraie (Vendée). Suite à erreur de localisation, les hommes sont parachutés 25 km au nord-est, sur la commune de Courlay (Deux-Sèvres). L'opération est menée à 1h30 du matin, à l'aveugle, sans équipe de réception. Le matériel radio, tombé sur le fournil du boulanger de la Plainelière de Courlay, est détruit accidentellement lors de l'atterrissage. Le quartz de l'émetteur est néanmoins récupéré et conservé par le lieutenant Jolliet.

L'aide de la Résistance locale

Passant la nuit dans un champ de blé, ils tentent dès le lendemain d'entrer en contact avec la Résistance locale. Pierre Jolliet se présente à la boulangerie de M. Husseau pour acheter du pain. Celui-ci, alerté durant la nuit par le bruit du container sur le toit, mesure la situation et prend très vite des dispositions pour que les hommes puissent rejoindre leur point de rendez-vous. L'équipe est acheminée vers la ferme du Margat à l'Absie où elle est prise en charge par 2 membres de la Résistance locale : Arthur Michonneau et Fernand Gougeard, responsables de l'Armée secrète à l'Absie. Privé de son matériel radio endommagé lors du parachutage, le major Whitty et son équipe se cachent pendant une dizaine de jours dans les bois de l'Absie sous la protection des résistants locaux. Leur ravitaillement est assuré par Emilienne Grellier, fermière au Margat. Aidés d'Arthur Michonneau et Fernand Gougeard, ils établissent un poste de commandement dans les bois du Margat.

Rétablir le contact avec Londres

Sans moyen de communiquer avec Londres, la mission est inutile et dangereuse. Whitty réussit à convaincre l'équipe radio du réseau Éleuthère présente à Saint-Maixent-l'École, d'utiliser son poste émetteur avec le quartz sauvé lors du parachutage (strictement interdit pour des raisons de sécurité). Suite à cela, la mission "Harold" est à nouveau opérationnelle. En contact avec l'Armée secrète et son chef Chaumette, elle peut enfin organiser les parachutages d'armes qui font si cruellement défaut à la Résistance deux-sévrienne. Cette absence de contact radio pour un temps fait que le groupe et notamment le lieutenant Poisson, est considéré comme "missing" par le commandement du 3e SAS. De ce fait, la première base logistique de l'opération "Dickens" est installée au Bois d'Anjou, à proximité de Somloire (Maine-et-Loire) sous le commandement du lieutenant Fournier.

Assurer l'armement des groupes de résistance locaux

Les trois missions alliées présentes dans la région assurent ensemble, par les contacts étroits établis entre leurs responsables respectifs - le major Samuel pour le réseau SOE - Shipwright (Vienne), le capitaine Fournier pour l'opération SAS "Dickens" et le major Whitty pour la mission Jedburgh "Harold" - l'armement des Forces françaises de l'Intérieur. Leur efficacité permet le parachutage de plus de 60 tonnes d'armes dans les Deux-Sèvres entre le 14 juillet et le 26 août 1944.

Quelques opérations :

La Mission Harold et le Major Samuel du réseau Shipwright (Vienne) organisent le parachutage de la Chabirandière à Largeasse. Prévu la nuit du 3 au 4 août 1944, il permet la récupération de 12 tonnes d'armes et de munitions qui seront employées lors des combats de la Libération.


Dans la nuit du 17 au 18 août 1944, la mission "Harold" mène, avec l'aide des équipes locales, une double opération sur la commune de Beaulieu-sous-Parthenay :

- Le parachutage d'armes destinées à armer les Forces françaises de l'Intérieur.

- La réception de l'équipe Jedburgh "Tony", chargée d'assister la base SAS Dickens, d'assurer l'armement du maquis et de rendre compte de l'organisation des forces résistantes en Vendée.

En savoir plus

Pictogramme

Carte des lieux de mémoire

Sources d'information

- Archives du Conservatoire de la Résistance et de la Déportation des Deux-Sèvres et des régions limitrophes

- Chaumet M., Pouplain J-M., La Résistance en Deux-Sèvres 1940-1944, Geste éditions, La Crèche, 2010

- Extrait du livre " La guerre 1939-1945 dans le canton de Champdeniers et ses environs" du Docteur Ricochon

- Extrait du livre "Souvenirs de l'Occupation allemande et de la Résistance à l'Absie" de A. Michonneau

- Extrait du rapport du lieutenant Poisson au capitaine Fournier, septembre 1944, Opération "Dickens" 3e R.C.P.

- Témoignages de M. et Mme Moynaton (La Plainelière de Courlay) et de M. Camille Lemberton, résistant Triangle 16 Saint-Maixent-l'École

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes