Partager :
Page d'accueil

PC clandestin de l'Armée secrète à Sainte-Eanne

Dans la maison d'école de Sainte-Eanne, Edmond Proust (" Gapit " puis " Chaumette ") organise le poste de contrôle clandestin du mouvement de résistance Organisation civile et militaire, puis de l'Armée secrète départementale, de mars 1944 à la libération.

Résistance en sud Deux-Sèvres, 1942-43

L'engagement du couple Marsteau à Sainte-Eanne

René Marsteau et son épouse Suzanne sont depuis la rentrée scolaire 1942 instituteurs à l'école publique du Breuil sur la commune de Sainte-Eanne. Ils ont été déplacés d'office de leur poste précédent à Amailloux du fait de leur opposition plus ou moins marquée au régime de Vichy. Ils ont deux filles d'une dizaine d'années.

Immédiatement acceptés par la population de Sainte-Eanne, ils entretiennent d'excellents rapports avec leurs collègues comme avec l'ensemble du corps enseignant. Militants socialistes convaincus, ils sont contre tous les totalitarisme, viscéralement épris de liberté et donc instinctivement opposés à l'occupant nazi.

Dès le début de l'année 1943, ils recherchent le contact avec la Résistance. Ils le trouvent à Saint-Maixent auprès de Chichéry (Capitaine Rémy) responsable interdépartemental du mouvement de résistance Libération - Nord, beau-frère de Beche, député socialiste des Deux-Sèvres.

Sous le nom de (Cavour), René Marsteau devient lieutenant, chargé du recrutement et de l'encadrement de ce mouvement dont le chef départemental est Jean Renhas (Jérome) et le chef régional, le Général Faucher (Thomas).

PC de l'Armée secrète en Deux-Sèvres

­­carte St Maixentais © CRRL

Carte de situation en sud Deux-Sèvres © CRRL

Conformément aux ordres reçus au plan national, fin 1943, les mouvements Organisation Civile et Militaire (OCM) et Libération-Nord fusionnent pour donner naissance à l'Armée secrète (AS) des Deux-Sèvres sous l'autorité d'Edmond Proust (Gapit), instituteur à Perré sur la commune de Saivres.

Le PC de l'AS des Deux-Sèvres s'implante en partie à l'école de Sainte-Eanne, chez les Marsteau qui restent en étroite liaison avec Proust. André Boyer, ami des Marsteau assure des liaison notamment avec Chichéry à Saint-Maixent et Beche à Paris.

Début 1944, les investigations de la police allemande menacent le mouvement

Edmond Proust échappe à l'arrestation

Mais la Gestapo redouble d'activité et après de nombreuses arrestations début août 1943 dans les secteurs de Thouars, Bressuire, Parthenay et Melle, le 29 janvier 1944, elle arrête le Général Faucher devenu chef régional de l'AS région B. Le 9 février, c'est le tour de Claude Bonnier (Hypothénuse), délégué militaire régional, de Bardin et de plusieurs membres de son État Major.

Se sachant menacé, Edmond Proust quitte chaque nuit sa maison-école à Perré pour n'y revenir que le matin, après vérification d'aucune intrusion en son absence. Ce 18 février 1944, à l'affût du moindre bruit suspect, il échappe de justesse à l'arrestation. Quittant précipitamment les lieux, il se terre pendant trois semaines avec son épouse Lina et rejoint son refuge minutieusement préparé, le Logis de La Bidolière (commune de Saint-Martin de Saint-Maixent).

Reprise des activités clandestines à Sainte-Eanne

Il faut reconstituer l'État Major départemental et renouer tant avec les formations régionales voire nationales qu'avec les responsables de secteurs dans le département.

Au début de mars, Chaumette se présente, un soir à la nuit venue, chez les Marsteau rescapés eux-aussi de la rafle du 18 mars. Madame Marsteau se trouve face à un individu à la barbe hirsute, un béret enfoncé sur les yeux, dans un costume trop grand pour lui, qu'elle ne reconnaît pas tout d'abord. Très vite, ce sont les retrouvailles et le travail clandestin qui recommence pour rétablir les liaisons nécessaires.

Au fil des semaines et des mois qui s'écoulent Chaumette qui réside à La Bidolière, revient chaque jour à la nuit tombée à Sainte-Eanne et en repart au petit jour. Toute la nuit, il travaille avec Marsteau et les agents de liaison :

  • André Royer (Dubreul) pour les missions hors département.
  • Hubert Arnault (Yves) pour les secteurs de Niort avec René Pairault.
  • Fernand Moreau pour le secteur de la Mothe-Saint-Héray.
  • Joseph Pineau, Président du Comité Départemental de libération pour le secteur de Melle et pour les responsables NAP (Noyautage des Administrations Publiques), SNCF et PTT notamment : Robert Ayrault (Bréchoire) pour le secteur de Thouars, Jean Suiro pour le secteur de Bressuire, Roland Biaujou et Georges Guignard pour le secteur de Parthenay.

Être prêts le jour J

Peu à peu, la structure départementale est renforcée et quand a lieu le débarquement en Normandie, plus de 2 000 hommes sont prêts à l'action sous l'autorité de leurs chefs de groupes. Le découpage de leurs zones d'action sur le territoire leur laisse le nom de Triangles. Malheureusement, malgré les demandes pressantes et répétées notamment auprès du Général Moraglia, chef régional de l'AS à Bordeaux, aucun matériel, aucune arme n'ont été parachutés. Seuls quelques Triangles sont sommairement équipés d'armes provenant du reliquat de parachutages anciens ayant échappé à la Gestapo (1 dans la région de Thouars, 3 dans la région de Parthenay et 3 dans le Triangle 16 dans la région de Saint-Maixent-l'École).

Dès le mois de mai, des rapports réguliers se sont établis avec le chef départemental des Francs Tireurs et Partisans (FTP), le commandant Robin (Michel).

Il est convenu que les deux états-majors opéreront en liaison et complet accord pour coordonner leurs efforts. C'est là l'amorce de l'entente entre AS et FTP d'août 1944, d'où naissent les Forces Françaises de l'Intérieur (FFI) sous le commandement de Chaumette.

Un lieu clé dans l'organisation de l'action clandestine en Deux-Sèvres

Nombre de clandestins ou autres responsables devenus des personnalités après la libération sont venus à Sainte-Eanne et notamment :
  • le Général Moraglia (Dufour), chef régional de l'A.S.
  • René Hudeley, préfet clandestin désigné par Alger.
  • Joseph Pineau, président du comité départemental de libération.
  • le Major britannique Whitty (Harold) du réseau Jedburg parachuté dans la région de l'Absie qui finit par obtenir quelques parachutages bien tardifs.

C'est donc une activité clandestine très importante qui, pendant sept mois a eu lieu à Sainte-Eanne. Les Marsteau apportent une aide précieuse et un soutien sans faille à l'action d'Edmond Proust et logent et accueillent des résistants. Grâce aux multiples précautions prises, grâce aussi, à une certaine complicité du voisinage qui faisait confiance à ses " maîtres d'école ", aucun drame n'a été à déplorer et la libération a permis à chacun de réapparaître au grand jour.

Après un court passage à l'état-major de la subdivision militaire renaissante, René Marsteau a assuré à la Préfecture des Deux-Sèvres l'accueil des prisonniers rapatriés d'Allemagne avant de reprendre sa classe à Sainte-Eanne.

Edmond Proust après avoir assuré en son ordre la libération du département, reconstitué et commandé le 114e RI en opération devant la Rochelle, a été démobilisé fin 1945 et a repris, avec son épouse, son poste d'instituteur à Perré (Saivres).

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes