Partager :
Page d'accueil

Delbo-Phénix

Réseau franco-belge chargé du renseignement et de l'exfiltration d'aviateurs alliés, Delbo-Phénix implante son quartier général dans les Deux-Sèvres, à Niort, en mai 1943.

Le réseau Delbo-Phénix

Naissance et implantation

Le réseau de renseignement belge Delbo est créé en juin 1942 à l'initiative du service de la Sûreté de l'État belge à Londres et travaille en coopération avec l'état-major allié. Le major Émile Delannoy (Delbo) avec l'aide de Jean-Pierre Bonsang (Brulage) installe son quartier général à Paris. Les activités se déploient sur la façade atlantique pour recueillir des renseignements sur les défenses allemandes avant leur transmission aux Alliés. Suite à l'arrestation de plusieurs agents et à la découverte de planques parisiennes par les services du SIPO-SD le 22 mai 1943 à Paris, le quartier général est déplacé à Niort. Delbo devient Delbo-Phénix.

Par l'entremise de Céline le Scolan, agent aux ponts et chaussées, est créée une cellule niortaise composée de Louis Michaud (employé aux ponts et chaussées), Pierre Bruneteau (pharmacien), Armand Millet (inspecteur départemental des transports SNCF) Maurice Lebrun (agent au parc automobile des ponts et chaussées), Henri Lambert et Robert Baudet (directeur du contrôle économique). En octobre 1942, Émile Delannoy rencontre ce noyau soucieux de développer le réseau dans la région. L'équipe niortaise s'étoffe pour offrir tous les services clandestins indispensables à la transmission des courriers et à l'exfiltration des agents : Pierre Chantelauze, photographe niortais, reproduit les plans et documents ; Huguette Moinard, résidant à Niort, dactylographie les courriers ; René Michaud (frère de Louis Michaud) reproduit les plans des défenses allemandes et des croquis expédiés à Londres ; les familles Gadreau, Bellot, Gibeault, Gauffreteau, etc. hébergent les agents.

Le 27 février 1943, Brulage, opérateur radio pour Delbo, est pris en charge par la cellule niortaise. Dès la première semaine de mars 1943, il émet les informations codées à Londres. Pour éviter le repérage des ondes par les services allemands, son temps d'émission n'excède pas quelques minutes par jour et il change fréquemment de lieu. Son rayon d'action atteint 100 km.

Opérations menées en Deux-Sèvres

Dans les premiers jours de l'été 1943, arrivent à Niort Jean Depraetère (Georges puis Taylor) avec pour mission « l'évacuation du courrier et les agents brûlés » et la création d'un réseau de boîte aux lettres ; et Albert Luyckx (Keeper), son radio. Le commandement de Delbo-Phénix est confié à Jean Depratère. Louis Michaud (employé aux ponts et chaussées à Niort) le seconde.

Les agents niortais centralisent les renseignements provenant de la façade atlantique, Paris, Tours, Cherbourg, Bordeaux, etc. Les équipes assurent la prise en charge d'agents (Jean Hoyoux (Rider) radio du réseau belge Zéro-France parachuté près d'Assais le 23 août 1943), organisent des opérations pick-up (atterrissage clandestin d'avion type Lysander ou Hudson) pour exfiltrer des agents vers Londres (opérations Scénery I à Périgné près de Niort dans la nuit du 16 au 17 novembre 1943 et Scénery II près d'Assais dans la nuit du 16 au 17 décembre 1943) et de mail pick-up (à Périgné en février 1944).

shéma mail pick-up © Sylvain Grimault

Opération de mail pick-up (prise de courrier en plein vol) © Sylvain Grimault

En mars 1944, la répression allemande décime l'équipe niortaise et les cadres du réseau Delbo-Phénix. La cellule deux-sévrienne des deux réseaux de renseignement franco-belges Delbo-Phénix et Zéro France disparaît.


Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes