Partager :
Page d'accueil

Jean Moulin (1899 - 1943)

"Le responsable, celui qui donne le ton trace la voie, peut être acculé à choisir de sacrifier sa propre vie si elle doit limiter les dégâts" Jean Moulin
­

Jeunesse

L'influence de l'héritage familial

Né le 20 juin 1899 à Béziers, Jean Moulin grandit dans un environnement où laïcité, tolérance, justice sociale, démocratie et attachement à la République font partie des valeurs portées au quotidien par la famille.

Passionné d'Histoire et de débats politiques, il obtient sa licence de droit en 1921.

Un jeune haut fonctionnaire moderne

Jean Moulin préfet Albertvillecaricature RomaninDirecteur de cabinet du ministre de l'air Pierre Cot en 1936 (Front Populaire), il aide de son mieux les Républicains espagnols victime du franquisme. Déjà, il manifeste son refus de l'autoritarisme.

Tour à tour plus jeune sous-préfet (Albertville, Haute Savoie 1925) puis plus jeune préfet de France (Rodez, Aveyron 1937), Jean Moulin rompt avec l'image traditionnelle du notable de la IIIème République. Derrière le haut fonctionnaire modèle apparaît un autre Jean Moulin. Un homme moderne se mêlant à la vie mondaine, sportif (ski, tennis, baignades,…), artiste. Caricaturiste, croquant les hommes de son temps, Romanin expose dans les salons et galeries parisiennes et signe des dessins satiriques dans Le Rire, La Baïonnette.

Dans la Résistance

Un homme de devoir

Jean Moulin uniformeEn 1939, il est Préfet d'Eure-et-Loir.

Le 10 mai 1940 c'est la percée du front de la Somme et de l'Aisne : de nombreux réfugiés arrivent à Chartres et Jean Moulin essaie d'organiser leur arrivée. Les troupes allemandes entrent dans Paris le 15 juin. La population prend les routes de l'exode.

Homme de devoir, il refuse de signer une déclaration infamante à l'encontre des troupes sénégalaises de l'armée française que tentent de lui imposer le 17 juin 1940 des officiers allemands.

Battu et menacé, il tente de se suicider en se tailladant la gorge. Il est sauvé de justesse et reprend ses fonctions le 22 juin.

Révoqué par le gouvernement de Vichy pour ses idées républicaines en novembre, il se retire en Zone Sud ou il tente de dresser un inventaire des forces de la Résistance. Il gagne Londres à la fin de l'été 1941 où il entre au service de la France libre.

Trait d'union de la Résistance

Après avoir soumis son rapport au général de Gaulle, il devient son représentant en zone sud. La mission Rex est lancée : coordonner les mouvements de Résistance. Non sans hostilité, le principe est acquis en octobre 1942 : le Comité de coordination voit le jour.

Dans la nuit du 1er au 2 janvier 1942 Jean Moulin (pseudonyme Rex) est parachuté dans les Alpilles, à proximité d'Avignon. Sa mission : prendre contact avec les chefs des mouvements de Résistance et les convaincre de coordonner leurs actions en passant outre leurs dissensions. Novembre voit la fusion des effectifs paramilitaires des trois principaux mouvements de Zone Sud (Combat, Franc-Tireur et Libération) au sein de l'A.S. (Armée Secrète), que commande le général Delestraint.

OrganisationRésistanceJean Moulin organise d'autres services : le NAP (Noyautage des Administrations Publiques), le BIP ( Bureau d'Information et de Propagande),le SOAM (Services des Opérations Aériennes et Maritimes) ou encore le CGE (Comité Général des Études) et dote la Résistance d'une armature administrative. Il parvient ainsi à lier Résistance intérieure et extérieure. Un secrétariat général en charge de la coordination de ces services est confié à Daniel Cordier.

Le processus d'unification de la Résistance est en marche. En janvier 1943, c'est la création des Mouvements Unis de la Résistance (MUR). Fort de cet accomplissement, Jean Moulin rentre à Londres où le général de Gaulle lui renouvelle sa confiance. En mars, représentant de De Gaulle, chef de la France Libre, Jean Moulin (pseudonyme Max) repart en Zone Sud où il parvient à créer, non sans mal, le Conseil National de la Résistance (CNR), réunissant mouvements de Résistance, partis politiques et syndicats de l'ensemble du territoire. Le 27 mai 1943 se tient à Paris la première réunion du CNR. C'est l'amorce de la représentation nationale. Il est le trait d'union entre la Résistance extérieure et la Résistance intérieure.

­­

caluire

La maison du Docteur Dugoujon
à Caluire, lieu de l'arrestation

Le 21 juin 1943, Max est arrêté à Caluire avec huit autres résistants. Torturé par Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon, il ne parle pas. Il meurt probablement le 08 juillet 1943 en gare de Metz lors de son transfert en Allemagne.

La nation lui rend hommage le 19 décembre 1964 en lui ouvrant les portes du Panthéon.

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes